Retour Articles Vies de famille

À quel âge débuter l’apprentissage d’un instrument ?

Piano, violon, flûte traversière… l’enfance est la période idéale pour se lancer dans l’apprentissage d’un instrument de musique et travailler son oreille. Mais quel que soit son âge, la motivation de l’enfant doit être le premier moteur. 

 

Parmi les activités extrascolaires les plus pratiquées par les enfants, la musique figure en bonne place. Selon une étude de l’Ifop réalisée en 2017, 37% des Français ont appris à jouer d’un ou plusieurs instruments de musique. Commencer jeune permet d’intégrer plus facilement le solfège et les bases de l’instrument. Professeur de piano et d’accordéon à Paris (15e), Nahuel Zucco explique que, pour se lancer, il n’y a néanmoins pas d’âge précis : « Cela dépend de la motivation de l’enfant et du soutien que peuvent lui apporter ses parents dans ce nouvel apprentissage. »

 

Premiers pas avec l’éveil musical

S’il est difficile de commencer à étudier un instrument en dessous de cinq ans, l’enseignant préconise l’éveil musical dès le plus jeune âge. « Cette initiation passe par l’écoute de musiques et d’instruments variés, l’apprentissage du rythme, des notes, etc. » Cela permet à l’enfant de travailler son oreille et d’affiner sa sensibilité musicale. Pour Nahuel Zucco, apprendre le solfège avant de jouer d’un instrument n’est par ailleurs pas obligatoire quoique conseillé. « Pour contrer les réticences face à cette matière rébarbative, le mieux est de transformer l’apprentissage en jeu. »

 

Le piano, ludique et adapté aux plus petits

Qu’il connaisse ou pas le solfège, il est important que ce soit l’enfant qui choisisse son instrument. Mais en fonction de son âge, certains s’avèrent plus adaptés que d’autres. « Le piano est l’option la plus facile pour les petits car il leur suffit d’appuyer sur des touches pour produire des sons. Cela n’est pas le cas des autres instruments à cordes ou à vent qui nécessitent une certaine technique préalable pour obtenir un son agréable. » Le professeur précise que le piano peut donner l’impression à l’enfant de progresser rapidement puisqu’il est possible de lui enseigner un petit morceau dès le premier cours.

 

Un travail de tous les jours

Concilier l’étude de l’instrument avec le temps scolaire s’avère par ailleurs nécessaire. « Il ne faut pas que l’enfant voie la pratique de son instrument comme une obligation mais comme une discipline dans laquelle il a envie de progresser. » Selon Nahuel Zucco, la régularité vaut mieux que l’intensité : « cinq à dix minutes peuvent suffire. Je vois les progrès d’une semaine à l’autre quand un élève pratique un peu tous les jours. » Si les parents ont leur rôle à jouer dans la consécration de moments dédiés à cette pratique, l’enseignant préconise en revanche de ne pas forcer l’enfant à poursuivre dans le cas où sa motivation s’étiolerait : « si cela ne lui plaît pas, il faut encore tenter quelques cours mais pas plus. »

 

Mots clés

Mots clés

musique

instrument

solfège

Ca peut aussi vous intéresser

Vie personnelle
Vie personnelle
Vie personnelle

Article

25.01.2023

Mon enfant est transgenre, comment bien l’accompagner ?