Retour Articles Vies de famille

Magazine Vie de Famille

Gérer son retour au travail après un arrêt maladie prolongé

Après s’être battu contre un problème de santé, un salarié qui reprend le travail a souvent un deuxième combat à mener : retrouver sa place dans le monde professionnel. Heureusement, plusieurs dispositifs et interlocuteurs peuvent le soutenir.

 

Maladie, accident, dépression… plusieurs motifs peuvent justifier un arrêt de travail de longue durée. Et quand on a quitté son poste et ses collègues pendant plusieurs mois, la reprise n’est pas toujours facile. « Les salariés sont parfois encore en traitement, affaiblis sur le plan moral et physique et peuvent souffrir d’une perte de revenus », constate Philippe Rodriguez, coordinateur régional de la prévention désinsertion professionnelle à la caisse d’Assurance retraite et de santé au travail (Carsat) Nord-Est. 

Alors, pour que la reprise du travail se passe le mieux possible, un seul mot d’ordre : anticiper ! Tout au long de son parcours, le salarié arrêté peut faire appel à deux interlocuteurs privilégiés qui peuvent le conseiller et l’orienter : le médecin du travail et le service social de l’Assurance Maladie présent dans les caisses primaires d’Assurance maladie (Cpam).

 

Garder le contact avec son employeur

« Si son état de santé le permet, il lui est conseillé de maintenir le lien avec son employeur et/ou ses collègues pendant son arrêt », explique Philippe Rodriguez. En plus d’échanges informels, un rendez-vous de liaison peut être utile. Accordé aux salariés ayant un arrêt de travail de plus de 30 jours qui en font la demande, cet échange leur permet de dialoguer avec leur employeur et la médecine du travail pour commencer à se projeter, ensemble, dans l’après-maladie.

 

Préparer sa reprise

Dans les jours qui précèdent la fin de l’arrêt de travail prescrit par le médecin traitant, un rendez-vous de pré-reprise peut être organisé entre le salarié et la médecine du travail. Il permet d’aborder concrètement les conditions de la reprise : un retour sur le même poste est-il envisageable ? Un temps partiel thérapeutique est-il préférable ? Quels aménagements de poste doivent être envisagés ? Obligatoire, la visite de reprise est organisée dans les huit jours qui suivent la reprise avec le médecin du travail qui détermine si le salarié est apte – ou non – à reprendre le travail et selon quelles éventuelles restrictions.

 

Envisager un autre projet professionnel

Parfois, la reprise du travail sur le poste d’origine est incompatible avec l’état de santé du salarié qui doit alors envisager un autre projet professionnel. Tel a été le cas de Sandra qui, à la suite d’un arrêt longue maladie, a été jugée inapte à reprendre son poste d’agent d’entretien. 
Grâce à la mobilisation de son assistante sociale de l’Assurance Maladie, elle a pu bénéficier d’un reclassement au sein de son entreprise. « Quand on a une grave maladie, on fait peur aux autres. Mais mon assistante sociale n’a jamais eu peur de moi, raconte-t-elle. Elle a toujours été là pendant et après la maladie. Elle m’a redonné confiance et m’a permis d’accéder au poste de chargée de relation clientèle qui me plait énormément. » Comme Sandra, contactez le service social de l’Assurance maladie pour toute question au 36 46 (coût d’un appel local).

 

Mots clés

Mots clés

arrêt maladie

 ‐ 

reprise

 ‐ 

arrêt de travail

Ca peut aussi vous intéresser

Accident de vie
Accident de vie
Accident de vie

Article

16.08.2022

Seniors dépendants : rester chez soi, c’est possible !